Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 08:47

Avec la sculpture de Mérope, j’ai repris une série de sculptures de femmes assises, en appui sur leur bâton.

Mais son nom m’a été offert il y a quelques mois, par une voisine, artiste de Belleville, qui passait me rendre visite. En voyant la sculpture, pas tout à fait achevée, elle y a reconnu sa tante, Mérope, dont elle m’a alors parlé en y voyant son image, femme forte et fort imposante, majestueuse, femme de pouvoir et de commandement, un peu ogresse.

Merci à toi…              merope

 

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 08:02

Pour les prochains jours de Portes Ouvertes, j’ai prévu un coin d’atelier avec un travail de sculpture en cours.  

J’ai eu envie de permettre ainsi que les échanges autour du moment de création prennent une autre dimension.

Que nous puissions nous rencontrer alors même que ma sculpture se met en place et prend forme.  

Ce sera du modelage en cire, sur armature en laiton.

Pendant la première phase de création, j'ai toujours des moments de pause, de reprise.

Je sculpte alors dans l’échange avec ce qui m’entoure et se mêle à mon travail.  

C’est tout autre chose lorsque je sculpte l’argile, que j’aborde avec une concentration très différente. Avec la terre, j’ai besoin de silence comme si j’avais alors pénétré à l’intérieur de la matière.

 tomberDESnues99 

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 16:18

J’ai marqué un long temps de silence dans ce blog, j’ouvre à nouveau une page de ce journal.

Il m’a toujours fallu de ces périodes où je prend des distances pour préserver la place essentielle que l’expression artistique a dans ma vie.

Il me semble même que c’est avec ces moments de vide que mon travail se nourrit. 

Dans moins de 3 semaines, mon atelier sera ouvert avec d’autres du quartier, il y aura chez moi quelques nouvelles œuvres à découvrir et une grande place pour les rencontres.

A bientôt...                2 araignee1 06 "une araignée au plafond" cire sur papier, 2012

 

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 14:28

L’exposition de petits formats« LITTLE BIG ART » est en route, vous pouvez voir les œuvres jusqu’au dimanche 19 décembre.

Pour n'importe quelle exposition, se pose la même question : je fait ça pourquoi ?

A chaque fois, l’investissement est énorme, l'énergie investie immense : choisir les sculptures et imaginer ainsi ce que sera l’ambiance, ces jours là dans ce lieu ; ce que sera la cohabitation avec d’autres univers lorsqu’il s’agit, comme ici, d’exposition collective. Et préparer, transporter, installer. Et tenter, une fois l’installation en place, de montrer un peu son travail avec un éclairage qui permettra de percevoir le travail, ou au contraire constater que l’éclairage est très défavorable.

Et puis ensuite, désinstaller, ranger, remballer...

Bien entendu, on espère qu’un acheteur fera le geste de repartir avec une œuvre : vendre est le seul moyen que je connaisse pour continuer à sculpter, sinon, comment payer le fondeur, le mouleur, les matériaux...?

expoLittleBigArt2010

Mais exposer, c’est surtout la rencontre avec ceux qui regardent, qui seront touchés par des œuvres qu’ils vont découvrir ou retrouver ; ce sont les échanges avec d’autres artistes, même si nombreux sont ceux qui sont essentiellement centrés sur leur propre création. Exposer, c’est s’exposer au regard, qui peut porter l’indifférence, l’incompréhension et la rivalité ou la chaleur. 

Je crois qu’une seconde de parole de découverte, d'émotion et d’amitié pèse autant dans la balance que les rencontres manquées et les moments superficiels et creux, quand il s'agit de savoir pour quoi on expose.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 17:19

 

Magique ?

 

La cire est troublante et porteuse de sens ambigus : sécrétion charnelle, organique, elle véhicule la vie et la mort. C’est une matière empreinte de magie, un objet rituel qui nous interpelle et nous pénètre.

 

Le texte suivant reflète pour moi un pan de son mystère :

 

« A l’une des voiturettes officiait une vielle femme d’allure majestueuse, vêtue de noir, assise comme une statue sur un tabouret de bois. Un jeune garçon, très élégant, veillait sur l’autre. Leurs étalages étaient quasiment identiques : rosaires, images pieuses, Jésus de plastiques, croix d’argent au bout de chaînes en argent, crucifix sur pied, crucifix muraux, Bibles, photographies encadrées du Mont Marie, souvenirs de Bombay pour les pèlerins venus d’ailleurs. -10--modelage-en-cire-de-brigitte-valin.JPGMais tous ces objets n’occupaient que la périphérie des carrioles : le centre était consacré aux produits en cire.

 

En rangées bien nettes s’alignaient doigts, pouces, mains, coudes, bras (avec ou sans mains), rotules, pieds, jambes tronquées. Mains et pieds, droits ou gauches, étaient disponibles en deux tailles : enfants et adultes. Quand aux crânes, yeux, nez, oreilles et lèvres, on les trouvait groupés à l’écart. Enfin, on pouvait également se procurer des figurines de cire complètes, mâles et femelles. Ils étaient tous là, les articles du catalogue qu’avait énumérés le chauffeur de taxi, sections et sous-sections de membres et de torses classés en ordre anatomique.

 

Une image flotta brièvement devant les yeux de Gustad : celle du dispensaire de Madhiwalla le Rebouteux, et de membres inertes, pendant aussi flasques et désarmés que leurs homologues en cire. » 

 

Rohinton Mistry « Un si long voyage » 1991 trad F. Adelstain    

 

Sculpture en cire en cours de travail actuellement

 

Voir aussi les articles:

du 25 avril 2010 sculpter la cire 1

du 4 juillet 2010 sculpter la cire 2

 "La chair des bronzes"

 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 17:50

Penser une installation

 

Artame Gallery a retenu l’idée d’ « un temps suspendu... » pour son exposition

de Décembre et ce thème me correspond tout à fait.

 

Le temps : c'est voir et passer à travers, c’est un objet instable que les yeux

ne saisissent jamais complètement, qui prend l’instant et s’y dérobe.

 

Je retourne, dans ma tête, des installations que j’ai envie de préparer

pour le mois qui arrive.

 

Penser une installation, ça se passe comment, au juste, pour moi ?

Voir un espace et m’y projeter, y projeter mes idées indécises. Et pour l’instant,

ces idées sont en grillage, se balancent avec des ombres silhouettes,

comme souvent dans ma tête, avant d’y mettre les mains. 

 

Penser une installation, c’est un peu sculpter le temps. C’est relatif au moment,

au lieu, aux gens, à mon humeur et mes états d’âme...

C’est fait pour ne pas pouvoir se reproduire, on doit se l’approprier à nouveau

chaque fois qu’on passe à côté, on ne doit pas trop savoir à quoi s’attendre

et croiser un instant incertain. installation-volieres-aquatiques-2.jpg  

 

Je ne dessine pas une idée d'installation, je la revasse et je me la raconte.

 

Je vois des images qui me passent dans les yeux,

comme accrocher un rouleau de grillage,

à demi ouvert, tendu par des bambous

et traversé de petits liens.

Suspendre le temps,

avec un bout de ficelle

et le regarder tourner.

Par exemple...  

 

 

 

installation-volieres-aquatiques-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Volières aquatiques" photos B.Bernard (installation de 2007) 

 

Partager cet article

Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 08:36

Eté vide :

 

par moment, disparaissent l’envie de sculpter et

le désir même d’y faire une place dans ma vie.

 

Manière de prendre du recul sur mon travail?

 

Des distances me sont indispensables pour toujours tout remettre en cause, rien ne me parait évident.

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 19:36

La chair des bronzes

 

J’aime sculpter la cire pour son humanité, sa présence infiniment charnelle, à la fois fragile et très intense.

 

Les outils qui appliquent la cire font des marques, les mains qui donnent les formes du modelage laissent des traces que la sculpture s’approprie. Les empreintes du travail s’accumulent dans le modelage - un peu à la façon des feuilles tombées des arbres, à l'automne, dans une forêt - jusqu’à former un magma qui devient sculpture.

Ces derniers mois, j’ai travaillé principalement de petites figures en cire, que j’ai ensuite fait fondre en bronze en collaboration avec des fondeurs.

Ma technique de sculpture sur armature en laiton et les formats réduits permettent de créer des pièces uniques en bronze plein, en cire directe ; sans passer par le moulage comme on doit le faire dans les techniques à cire perdue.

 

La transformation est alors une empreinte fidèle à l’original, on y retrouve les multiples traces de la matière organique originale.    sculpture-en-bronze-de-Brigitte-Valin-1-.jpgsculpture en bronze ( cire directe ) de Brigitte Valin 

Partager cet article

Repost0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 08:39

8cireartameDepuis février 2010, chaque mardi, j’ai travaillé la cire avec des artistes d’ ARTAME GALLERY

Cette association « Groupe d’Entraide Mutuelle » GEM, a ses locaux rue Ramponneau, à Belleville, à quelques rues de mon atelier.

 

Cet atelier a permis des échanges intenses, des rencontres, des créations très personnelles, autour de la découverte des techniques du travail de la sculpture en cire et de matières 2cireartame.jpgfascinantes à la présence forte, cire à modeler et armatures en fil de laiton. Il nous a accompagné, chacun, dans notre démarche artistique.

 

Avec l’été, voilà les vacances et la fin de l’atelier. En ce moment, nous installons une exposition et à partir du 9 juillet nous montrerons à ARTAME des œuvres crées pendant ces mois derniers. 

 

   9cireartame  

MERCI à vous tous qui vous êtes investis dans ces moments si riches.   

 

 

 

 

 

 

gros plans sur quelques oeuvres travaillées à ARTAME par des artistes du GEM6cireartame

 

 

Partager cet article

Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 12:59

J’ai écris la cire, mais je pense qu'il y a des cires :

 

Certaines sont tellement dures qu’on ne va pas pouvoir les modeler mais les tailler avec des outils chauffés, comme le font les bijoutiers.

D’autres sont très fermes une fois froides, je peux les modeler après un long contact à même la peau et elles me permettent des sculptures très fines, ciselées et tendues, parfois de très petit format.

Il y a celles qui sont moelleuses et douces, tendres.

Et encore celles qui se révèlent collantes, poisseuses, dérangeantes et passionnantes, très organiques.

Et aussi d’autres à la fois très malléables, souples et fermes, qui tiennent si bien un déséquilibre et la tension d’une posture. 

-08--modelage-en-cire-de-brigitte-valin.JPG

 

 

 

Ce sont les mélanges différents de cire chimique ou d’abeille, dosages de colophane, paraffine, pétrole, térébenthine de Venise et autres alchimies qui modifient la texture et la dureté.

 

 Les teintes également sont variées, depuis le noir de fumée classique en passant par le brun, vert foncé, jaune pâle ou encore le bleu, toute nuance est possible si l’on prépare sa cire et qu’on y mêle les pigments choisis. La lumière accrochera ainsi de multiple façon tout au long du modelage et sur la sculpture terminée.

 

 

 

 

 

pour agrandir cette photo et en voir mieux les matières, allez dans l'album photo

"techniques 2010 : sculpture en cire"

Partager cet article

Repost0